Malfroy School

 

Malfroy School est une école située à Rotorua en Nouvelle Zélande sur l’île du Nord. Rotorua est mondialement réputée pour être le berceau de la culture Maorie, donc une ville traditionnelle qui plus est entourée de paysages plus beaux les uns que les autres. C'est une école très atypique dans le pays car elle a la particularité de proposer 3 programmes scolaires bien distincts.

 

Le premier est un programme plutôt classique supervisé par l'éducation nationale néo-zélandaise et qui rejoint une forme d'éducation qui nous est plus familière. Pour caricaturer cela veut dire une salle de classe avec des tables et des chaises, un professeur, des élèves et un programme à suivre identique à chaque école du pays. Bien entendu il y a de nombreuses petites particularités culturelles propres aux "kiwis" (habitants de la Nouvelle Zélande) dans leur façon d'enseigner et surtout de voir leur vie en communautés bien établies, ce qui est fondamental dans ce pays.

Puis, il y a une classe Montessori, qui est un type d'éducation et de pédagogie bien particulier et qui tire son nom de sa créatrice Maria Montessori. Les écoles Montessori sont assez développées dans le pays et l'école Malfroy voulait absolument mettre en avant cette autre manière d'enseigner avec une classe dédiée et regroupant des enfants de 5 à 12 ans. Ici, pas de tables et chaises attitrées, les enfants vont et viennent dans la salle comme ils veulent. Le but est de laisser une très grande liberté et autonomie à l'enfant, qui peut choisir lui même ce qu'il souhaite étudier, ce à quoi il doit s'exercer et comment s'auto-corriger, le tout supporté par des manuels, outils et matériaux scolaires spécifiques à cet apprentissage.

 

Enfin, il y a le Rumaki. Le Rumaki ou Te reo Māori est une langue officielle Maorie reconnue par le gouvernement depuis le traité de Waitangi et qui promeut une culture et une tradition bien spécifique. En utilisant ce langage et en l'enseignant aux enfants, l'école veut mettre en avant le rôle de ce peuple dans l'histoire de son pays et l'influence qu'a eu et qu'a encore cette culture dans la société néo-zélandaise. C'est aussi un excellent moyen de mieux intégrer les élèves d'origine Maorie qui peuvent encore être victimes de discrimination et de favoriser l'ouverture d'esprit de leurs camarades.